Comment communiquer les politiques culturelles ?

Comment communiquer les politiques culturelles ?

En automne 2019, j’ai eu le plaisir de commencer une collaboration avec le Service de la culture de la ville de Nyon qui souhaitait définir et communiquer sa politique culturelle. Au-delà de la réflexion que nous avons menée sur les contenus, j’ai été heureuse que le mandant accepte une réflexion en parallèle sur la forme qu’allait prendre ce concept. En effet, un bref état des lieux m’a permis de voir qu’hormis la proposition faite par la Ville de Vevey  la majorité des concepts étaient des textes, souvent peu ou pas du tout mis en page. Comment communiquer une politique qui ne résonne pas avec son objet ? Et dès lors, pourquoi ne pas travailler de pair avec des artistes et des graphistes, faisant partie des acteurs et des actrices culturels, pour restituer les réflexions en cours avec des moyens artistiques ? En effet, lorsqu’on se prête à cet exercice, il s’avère que d’autres questions fondamentales de “sens” surgissent… comment dessiner des hiérarchies et des relations ? La verticalité des organigrammes classiques est-elle encore de mise ? Comment traduire la porosité des connexions ? Comment exprimer des influences sans qu’elles soient dominantes ? Quelles couleurs choisir ? Le travail s’est structuré en trois parties : Une introduction en jaune, sur les notions générales de politique culturelle, puis le concept de politique culturel fondé sur une analyse de la situation actuelle, de ses faiblesses et forces, risques opportunités. Enfin un cahier rose, qui témoigne de l’offre culturelle actuelle et restitue visuellement les différentes institutions / organisations culturelles qui composent aujourd’hui la vitalité de la scène artistique nyonnaise. Ce travail a été mené avec le studio Emphase que je remercie ici vivement d’avoir bien voulu jouer le jeu et relever le défi !

En résumé, le travail que j’ai eu la chance de réaliser avec le Service de la culture de Nyon m’a permis de mieux saisir la complexité des champs de force et de “mieux les penser”. Je tiens ici à remercier sincèrement la Ville de Nyon de m’avoir fait confiance et lui souhaite le meilleur pour le développement et la consolidation d’une politique culturelle forte et cohérente.